/ chatbot

The Big Hack - 24H pour créer un chatbot

Le week-end dernier (1-2 septembre 2017), The Big Hack, organisé par l'école CREA à Genève, a lancé un défi aux participants :

Réaliser le meilleur chatbot sur le thème de la citoyenneté en moins de 24h.

Pour atteindre les objectifs, les équipes devaient à la fois développer une idée originale, réfléchir à la stratégie marketing et maîtriser la technique car c'est sur ces piliers que les chatbots ont été évalués. Pour les accompagner, les équipes avaient chacune à leur disposition un coach attitré ainsi que la possibilité de se rendre au Tech Bar où deux développeurs experts en chatbots pouvaient les guider, débloquer, corriger et souvent même, réconforter.

Chaque équipe avait des cartes "15min" ou "30min" permettant de passer du temps avec le TechBar. Ces cartes pouvaient être gagnées ou échangées pendant des défis contre les autres équipes pour mettre un peu d'animation.

L'idée derrière The Big Hack était de faire découvrir le monde de développement aux participants, pour la plupart des étudiants de CREA, en vue d'un nouveau bachelor en développement Web.

J'ai eu la chance d'y participer en tant que développeur du Tech Bar avec mon compère Nathanaël Khodl, un créateur de projet d'envergures à l'origine de ChatFuel.

Le Tech Bar

Le Tech Bar - Instagram de CREA

Comme la majorité des participants étaient néophytes dans le domaine du développement, le Tech Bar était un appui technique pour leur permettre de réaliser leurs chatbots dans les temps.

La technique

Khodl et moi avons passé quelques jours à préparer le terrain pour mettre en place des environnements de travail faciles à utiliser le jour J. Chaque équipe démarrait ainsi avec :

  • Un serveur chez Hidora avec un environnement tout prêt (Apache, accès SSH, base de données, bibliothèques PHP installées).
  • Un accès à la plateforme Messengers.io déjà configuré et lié à un bot Facebook Messenger.

Messengers.io est une passerelle développée par Khodl qui facilite le développement de chatbots multi-plateformes (Facebook Messenger, Telegram, LINE...). L'outil s'occupe de communiquer avec les différentes API des services de messageries pour que nous n'ayons qu'à nous occuper du code sans devoir se plonger dans toutes les documentations.

Le choix pour Hidora s'est porté sur plusieurs critères : il nous fallait la possibilité de créer rapidement entre 5 et 8 environnements en fonction du nombre d'équipes tout en ayant les outils configurés. Avec une image Docker créée pour l'occasion, cela ne prenait qu'une minute pour lancer un nouvel environnement ou lier une base de données en fonction des besoins pendant les 24h de l'événement. De plus, comme le nombre d'utilisateurs des chatbots restaient faibles, le côté scalable de Hidora a permis de garder un coût total faible.

Le vécu

Avec l'ami Khodl, nous pensions pouvoir nous la couler douce pendant les 24h en répondant à quelques questions et en dormant dans les heures les plus nocturnes.

Évidemment, non.

Les 24h sont passées très vite car les participants étaient motivés et toujours pleins de questions. Nous avons pris plaisir à leur répondre à toute heure et à leur donner des tuyaux pour optimiser telle ou telle partie. Finalement, nous avons tenté chacun un petit somme de 2h30 en décalé sur un canapé pour assurer une permanence.

Entre les questions, nous avons passé le reste du temps à corriger les bugs récemment trouvés sur Messengers.io et dans la bibliothèque PHP à disposition des équipes. Nous avons également pu ajouter quelques fonctionnalités à la plateforme suite à des demandes. Certains participants ont fait savoir qu'ils avaient apprécié notre réactivité à corriger et répondre aux besoins. Merci !

Donc 24h plutôt intenses au final. Heureusement, l'équipe d'organisation était aux petits soins et nous avions boissons et encas à tout moment. Merci !

Une chose m'a frappé pendant cet événement: au Tech Bar, nous avions beau dire que The Big Hack s'adressait à des néophytes du développement, à des gens qui n'avaient rarement voir jamais touché une ligne de code, pourtant, les participants étaient toujours désolés de venir vers nous et de nous poser des questions stupides. Je profite de l'écriture de cet article pour réagir ci-dessous:

Ce "phénomène" s'appelle le syndrome de l'imposteur et il est très courant dans le monde du développement. Mais il est malsain car il empêche de progresser. Donc si vous voulez vous lancer dans le développement, considérez les choses plutôt comme cela : Il n'y a pas de questions débiles ni de questions intelligentes. Il y a seulement des niveaux de questions et il faut poser suffisamment de questions de niveau 1 pour passer au niveau 2.

Les projets

Au bout des 24h, l'équipe d'organisation comme le Tech Bar étaient surpris de l'avancée des projets des équipes. Nous ne nous attendions pas à voir 5 projets aussi aboutis et utilisables que ceux qui ont été présentés face au jury. Voici les projets, dans l'ordre des points du jury obtenus, en commençant par le gagnant.

Botizen: inciter à aller voter

Plutôt que d'en faire une description moi-même, je vais reprendre un bout du pitch de l'équipe à partir de l'article qu'a publié Ludovic, un de ses membres, sur son vécu de l'événement :

Nous même en Suisse nous avons un des meilleurs systèmes démocratiques et pourtant le taux d’abstention est très élevé. [Botizen est] un chatbot qui vous donne des infos sur le système électoral et de l’importance du vote en fonction de votre zone géographique. Vous pouvez lui poser des questions sur les prochaines votations il vous dira le pour et le contre.

Vous pouvez trouver l'ensemble de l'article ici : https://www.linkedin.com/pulse/hackaton-remporté-24h-de-souffrance-intellectuelle-une-ludo-louis

Ce projet a eu un peu de peine à décoller mais il a ensuite avancé à grands bonds. Je dois avouer qu'il m'a bien intéressé dès le samedi matin lorsque j'ai découvert le concept et la réactivité du bot. Ce chatbot est d'autant plus intéressant du fait qu'il s'inscrit dans le principe de la démocratie digitale.

Botizen

Trouver une formation ou un emploi près de chez soi

Ce chatbot a pour objectif d'aiguiller son utilisateur vers une formation et/ou un emploi en fonction d'un profil de la personne établi à partir d'un échange de questions-réponses. Ainsi, en une poignée de minutes, l'utilisateur obtient son "profil" de compétences, l'école qui lui serait le plus propice en fonction de ce profil et de sa localisation ainsi qu'une liste d'emplois toujours dans la même idée.

Même si le concept de la recherche d'emplois est déjà bien repris, je trouve que ce projet apporte quelque chose de propre et rapide. Du point de vue du code, c'est le projet le plus abouti et cela est plutôt normal car l'équipe était composée d'un développeur expérimenté qui n'avait rien à apprendre dans ce domaine. On notera cependant que dans un souci d'équité pour les plus débutants, le jury a pris autant en considération la qualité du code que les efforts et le chemin parcourus en développement.

Stafr: gérer ses RH à travers son app de messagerie

Le duo autour de Stafr a fait une présentation "à la Steve Jobs" pour présenter son chatbot. Le concept semble bien réfléchi et l'équipe était composée d'un vrai développeur. Le chatbot permet de rassembler ses ressources humaines autour de missions ponctuelles en gérant toute la communication à travers l'application de messagerie.

L'idée est séduisante et se rapproche de notre outil Thyme mais plutôt tournée vers le monde de l'entreprise. Cependant, il a été reproché à l'équipe de ne pas avoir suivi le thème du Big Hack.

FridgeBot: créer des recettes avec le contenu de votre frigo

Cette équipe était composée de 5 jeunes amis venant chacun d'un domaine bien différent des autres. Le concept de leur chatbot était de proposer une liste de recettes réalisables à partir de ce que l'on a dans son frigo (et de son régime alimentaire). Même si l'équipe était très bien organisée et a mis toutes ses compétences à profit, l'idée du chatbot ne semble pas avoir convaincu le jury, notamment au niveau de l'originalité.

Personnellement, j'ai beaucoup apprécié aider les deux membres de l'équipe qui tenaient le rôle de développeurs. Ils étaient curieux, très motivés et leur application était plutôt poussée.

Dabber: aider les ados avec les questions intimes

L'idée de ce chatbot a été le coup de cœur de l'organisation: Dabber se propose comme conseiller pour les jeunes gens, plutôt les filles, qui peuvent par exemple obtenir des réponses sur des questions comme "J'ai de fortes douleurs au ventre, est-ce que c'est normal ?". L'équipe part du principe qu'on aura plus tendance à se livrer à un bot plutôt qu'à une autre personne sur ce genre de thématique (l'application conseille toutefois d'aller voir un spécialiste si nécessaire).

Malgré le coup de coeur, Dabber n'a pas réussi à convaincre le jury. Personnellement, je pense que le problème a été la mauvaise synergie d'équipe qui a trop ralenti le projet. Finalement, la partie développement a été négligée et le bot ne répond pas vraiment aux promesses de la présentation.

La photo avec tout le monde

24h intensives donc mais pleines de bonnes surprises. Une ambiance amicale et chaleureuse s'est rapidement mise en place dès le début et c'est poursuivie tout au long de l'événement. Ça a été un réel plaisir d'aider les 5 équipes à réaliser leurs projets et j'espère pouvoir réitérer l'expérience au plus vite.

Merci à tous et à la prochaine !

Les photos viennent du compte Instagram de CREA.