/ Holacracy

Holacracy x DevOps

Il y a deux semaines nous donnions un retour d'expérience aux DevOps Days à Genève sur notre approche conjointe de l'Holacracy et du DevOps. Voici quelques points forts.

L'Holacracy & le DevOps font bon ménage.


Si l'Holacracy agit surtout sur la gouvernance d'une entreprise, qu'elle redistribue à ses membres, elle met aussi en place un système de différentiation des rôles et des personnes. De ce fait, elle pousse toute l'organisation vers une adaptation plus fluide en cas de "montée en charge" mais aussi et surtout à apprendre les uns-des-autres.

Sur ce point, le DevOps la rejoint totalement à un niveau plus technique, mais bien réél, puisque le rôle de cette culture est de décloisonner les professions du développement et de l'opérationnel qui sont de fait souvent dans une confrontation puisqu'elles se placent aussi en bout de chaîne de production. De ce fait, le DevOps s'addresse plus à l'activité operationnelle de l'entreprise et moins à la gouvernance.

Dans un cas comme dans l'autre, le prérequis au bon fonctionnement de la mise en place de ces systèmes et de ces cultures tient à quelques valeurs communes:

  • Le respect de l'humain
  • La transparence
  • La prise d'initiative

Il va de soi que si les détenteurs du pouvoir décisionnel ne partagent pas ces valeurs, il sera difficile de mettre en place l'Holacracy comme le DevOps.

L'Holacracy comme alternative à une vision pyramidale de l'entreprise.


Passer de Prédire & Contrôler à Ressentir & Réagir


La hiérarchie vise à donner le privilège stratégique à celui qui détient le plus de visibilité sur l'ensemble. En effet, on procède bien souvent de la manière suivante dans les entreprises classiques:

  1. Des opportunités ou des frictions sont remontées aux décideurs, qui décident d'aller de l'avant ou de laisser ces "tensions" de coté.
  2. Dans le premier cas, on procède souvent à une analyse de marché.
  3. On met en place une équipe dont le rôle est d'établir un périmètre de projet et de revenir vers ses supérieurs avec un budget estimatif demandé à plusieurs prestataires.
  4. Le supérieur hiérarchique décide alors d'attribuer des ressources budgétaires et humaines dans le projets sur une durée fixe.
  5. Si le lancement du projet fonctionne, on met alors en place des stratégies pour réduire le risque.

Prédire et contrôler maintient l'illusion de sécurité, en laissant toutefois de coté plusieurs choses précieuses: l'émergence de nouvelles idées, la prise d'initiative, la résilience organisationnelle et surtout... la motivation individuelle.

Bien que cette approche ait ses mérites, elle devient difficile à appliquer lorsque il est impossible de prédire la suite des événements. Ceci arrive dans les contextes chaotiques ou complexes: secteur humanitaire, médiatique, ou encore de nombreuses économies dites rapides articulées autour de l'innovation et de la disruption.

La gouvernance distribuée quant à elle, applique un principe simple: laisser l'initiative à ceux qui ressentent des tensions la liberté de proposer des solutions et de tester celles-ci. Structurellement, l'organisation ne procède plus par anticipation des problèmes en appliquant la traditionnelle approche de gestion des risques. Au lieu de ceci, elle laisse le soin aux premiers concernés de communiquer entre eux afin de trouver des solutions. Ceci présente quatre avantages:

  • Les transferts de connaissance sont renforcés.
  • les investissements en ressources sont limités à l'essentiel,
  • De nombreuses solutions sont testées en parallèle.
  • Ceci résulte en une organisation fluide, mais surtout en permanente évolution.
Un cercle vertueux est créé en assemblant les deux systèmes.

Évolution continue & résillience organisationnelle


Au final, l'Holacracy facilite le DevOps. En effet, ce modèle de gouvernance distribuée est d'une grande clarté organisationnelle. De plus, il s'agit d'un système bare bones permettant d'intégrer tous les processus souhaités. Si nous devions évoquer une image, il s'agirait en réalité du système d'exploitation de l'organisation (pensez Linux, l'Holacracy est Open-Source).

Cette documentation des opérations au sein de l'organisation profite à la culture DevOps sur plusieurs aspects: les silos traditionnels sont cassés, la recherche de nouvelles solutions sont toujours en cours, tous les process sont documentés et l'ensemble des domaines d'activités ont la liberté d'évoluer constamment pour s'adapter, de façon itérative.

Contrairement aux préjugés, l'Holacracy est un modèle organisationnel très clair. 

Conclusion


L'Holacracy et le DevOps font un mariage heureux, à condition de les respecter pour ce qu'ils sont: un modèle de gouvernance distribuée Open Source et une culture IT. L'intégration de ceux-ci dans un but d'augmenter la productivité sans remettre en question les règles fondamentales qui sclérosent l'entreprise traditionnelle générera plus de frustrations qu'elle n'ouvrira de portes. Toutefois, même avec les meilleures intentions, certaines erreurs sont à éviter si vous vous engagez dans cette voie:

  • Faites-vous accompagner par un coach Holacracy. Un changement radical de système peut créer beaucoup de frustrations si celui-ci n'est pas correctement ammené.
  • Favorisez l'engagement de profils motivés à l'idée de sortir de leur cercle de confort et de prendre de nouvelles responsabilités. Certaines personnes veulent juste un travail alimentaire, et ne sont pas intéressées par un travail qui les nourrit.
  • Évitez de retomber dans une structure traditionnelle Patron-Employés. Toutes les forces tenteront de vous y faire rechuter si vous ne luttez pas consciemment contre.

Tour de sortie


Notre partage d'expérience a remporté un franc succès et ouvre la voie vers d'autres à venir. Nous avons eu la chance de présenter à un large éventail de professionnels dans l'IT, et c'était pour nous un honneur de voir que celle-ci soulevait autant de questions. En dehors de l'intérêt général, certains aspects de nos échanges nous ont marqué:

  • Nos interlocuteurs ont souvent procédé par comparaison à leur millieu professionel actuel, ce qui nous indique qu'ils portent de l'intérêt au changement!
  • De nombreuses questions étaient dirigées sur la viabilité de solutions comme l'Holacracy dans de grandes structures. La réponse est oui, c'est viable. Toutefois beaucoup de ces inquiétudes proviennent d'une confusion en l'Holacracy et l'organisation horizontale, attention, ce n'est pas pareil!

Nous invitons tous ceux qui se posent des questions sur l'applicabilité de l'Holacracy à lire 2 livres qui adresseront sûrement leurs doutes: